VCORB

Vélo Club Ouistreham Riva Bella

“Un chercheur américain l’avait déjà sollicité. Mais Robert Marchand, c’est notre champion, celui de la France ! C’était à nous de s’en occuper, non ?” Alors, Véronique Billat, accent patriotique dans la voix, a convaincu sans mal le fameux vétéran. “Les conclusions de mes recherches sur M. Marchand seront publiées, en première mondiale. Pour ce genre de brevet de physiologie international, nos études portent, d’ordinaire, sur des groupes d’individus. Mais des Robert Marchand, il n’y en a pas cinquante…”

Pour cet effort réalisé, en faveur de la science, Robert a même touché une “bourse” de 1 000 €. Lui qui vit avec une toute petite retraite.

Les tests d’effort entrepris par le centenaire, sous la houlette de Véronique Billat, bousculent pas mal de certitudes. “Contrairement aux idées reçues, des personnes âgées peuvent continuer, grâce à un entraînement physique, à améliorer leur capacité à consommer de l’oxygène (VO2 max). Ce qui représente le meilleur indice pour la prédiction de l’espérance de vie d’un individu.”

Les capacités d’un homme de 50 ans

Concernant Robert Marchand, les conclusions de V. Billat restent épatantes : “Il a les capacités physiologiques et cardiaques d’un homme de 50 ans… Quand je l’ai vu, à la télé, battre son record de l’heure, je savais déjà qu’il était capable de faire mieux que 25 kilomètres dans l’heure. Il n’était pas essoufflé, s’exprimait avec une lucidité incroyable. Il est vrai qu’on lui avait interdit de dépasser les 105 pulsations cardiaques à la minute. Nous, en prenant soin de procéder par paliers et sous la surveillance d’un spécialiste de la réanimation, on l’a testé jusqu’à un seuil de 132 pulsations. Et il n’était pas à fond. Je le crois capable de réaliser 30 kilomètres dans l’heure.”

 

Lire la suite sur le dauphine.com

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.